Refugee Report

“Open your eyes – hear my voice!”

Nous sommes pas les victimes mais plutôt des lutteurs.

listen on Soundcloud

2014/02/04 02:12

Berlin, Oranienplatz 'Nous sommes pas les victimes mais plutôt des lutteurs.'

FRENCH:

Donc, ce que je veux dire, concernant aux immigrations, au droit d'asile : partout en Europe, je touche, pas actuellement seulement en Allemagne. C'est-à-dire, ce que l' Europe et l'Amérique est en train de faire dans les pays sous-dévéloppés, c'est-à-dire c'est une nouvelle colonisation qu'ils sont en train de commencer: détruire la vie des gens, les mettre dehors et puis sans leur rien donner. Ça, c'est la même situation qui s'est passé en Libye : ils sont allés détruire le régime de Gaddhafi et après les gens, 300 personnes ou 400 personnes, plus des mille personnes ont traversé de l'Italie... de Libye à Italie. Et ces gens sont entrés en Italie, Italie les a servi avec des papiers sans travail, les ont laissé dans la rue. Donc, si je parle encore plus, je peux dire que ces papiers ne servent à rien parce que quand tu donnes papier à quelqu'un si tu travailles pas c'est comme zéro. Il peut pas voyager sans l'argent, c'est l'argent qui est l'élément-clé de la vie. En plus de cela, donc, ce qui concerne les asilants qui vivent en Allemagne, les asilants qui vivent en Allemagne sont dans une situation très précaire, difficile, parce que la vie d'un homme dépend du travail, c'est-à-dire d'être indépendent de soi-même. Mais ils mettent les gens dans les Lagers, en leur donnant 325 Euros, 321 Euros, qui n'ont pas le droit de se déplacer n'importe où tu veux aller. Donc, ça, je suis contre ça. Donc ce qu'on peut ajouter à cela, c'est-à-dire, nous les réfugiés, nous sommes pas des criminels, nous sommes pas les victimes mais plutôt des lutteurs. Nous somme là pour défendre notre droit et réclamer ce droit devant le gouvernement. Dernier message, je lance un message, aussi à la population de l'Allemagne pour qu'ils puissent venir envers nous pour qu'on puisse trouver la solution ensemble. Allez devant le gouvernement allemand et dire: „Non et non, trop c'est trop, la situation est déjà dépassée!“. Merci.

ENGLISH:'We are not victims, but rather we are fighters.'

What I want to say concerns immigration and the right of asylum: everywhere in Europe, not only in Germany. What Europe and America are doing at the moment is new colonisation of the underdeveloped countries: destroying people's lives and pushing them put without giving them nothing. That is what has happened in Libya: they destroyed the regime of Gaddhafi and then 300, 400 people, more than a thousand people have passed through Italy … from Libya to Italy. And these people entered Italy, Italy has given them papers and left them on the streets without any work. So, if I may add to that, these papers are not of no use because if you give someone papers but no work, it means nothing. He cannot travel without money, it's the money which is a key part of life. And furthermore, when it comes to the asylum seekers which live in Germany, they are in a very unstable, very complicated situation. Because life of men depends on his work, his independence. But they put people in the Lagers, they give them 325 Euro, 321 Euro. They don't have the right to mouve around, to go where they want to go. So, I am against that. If I may add another point: we, the refugees, we are not criminels, we are not victims, but rather we are fighters. We are here to fight for our rights, to reclaim our rights in front of the German government. Last message, I want give out a message also to the population of Germany so that they can come to us, so we can find a solution together. Go to the German government and say: „No and no, too much is too much, this has gone too far!“. Thank you.

back